VTC, Taxis : Savez-vous reconnaître les professionnels du transport agréés?

Un fait divers a récemment été repris dans différents médias.. .. il s'agit d'un chauffeur clandestin qui avait pris en charge un couple de touristes thaïlandais à Paris et qui les a menacés pour obtenir la somme incroyable de 247€ pour une course de 40 km!

 Alors comment ne pas vous faire piéger et comment reconnaître un conducteur clandestin... Je suis VTC, à la fois conducteur et exploitant enregistré et je vous liste les éléments à vérifier.

 En France, il existe deux possibilités légales de transport privatif pour vous lorsque vous arrivez à l'aéroport ou à la gare : le taxi ou le VTC.

Soit vous optez pour le taxi. C'est facile. Ils attendent dans la file de taxis officielle et matérialisée par des panneaux carrés bleu marqués "Taxis" et une signalétique au sol à la sortie du hall d ela gare ou de l'aéroport. Vous les reconnaîtrez facilement grâce à leur signalétique lumineuse sur le toit de la voiture. Ce panneau lumineux prévoit un éclairage vert si le taxi est libre et un éclairage rouge si le taxi est occupé. Vous pouvez aussi chercher une plaque rappelant le numéro de la licence fixée sur l’aile avant droite ou  à l’intérieur de la porte arrière gauche ou encore la carte professionnelle du chauffeur sur le coin  gauche du pare-brise.

Pour les VTC comme moi, c'est différent. Tous comme les taxis, nous n'avons pas le droit de racoler.

⚠️ A savoir : En France, seuls les clandestins racolent ! ⚠️


Un taxi peut exercer une prestation de VTC mais l'inverse n'est pas possible. Pas le droit pour nous d'attendre un éventuel client devant la gare ou l'aéroport! En cas de contrôle, nous devons être en mesure de prouver une réservation que vous aurez fait en avance. Nous prenons donc nos passagers en charge uniquement sur réservation!

Le danger réel que vous encourez en tant que client passsager? Aucune couverture sérieuse en cas d'accident : les faux taxis ou les faux VTC ne sont pas assurés pour le transport de passagers à tire onéreux.

Comment faire la différence entre un vrai chauffeur VTC et un taxi clandestin?

  • Un macaron rouge : On doit pouvoir identifier un chauffeur VTC grâce au macaron rouge qui doit obligatoirement être exposé sur le pare brise et sur la vitre arrière; il atteste de notre inscription sur le registre officiel. Le macaron doit mentionner la même immatriculation que celle qui figure sur les plaques du véhicule! Cette signalétique obligatoire depuis 2017 doit notamment permettre d’attester que le véhicule appartient à un exploitant dûment inscrit au registre des VTC. Elle est sécurisée par un QR-code. Le macaron est inamovible et ne peut être décollé sans être abîmé. 

 macaron rouge obligatoire - signalétique VTC

  • Pas de compteur : Contrairement à un taxi nous n'avons pas compteur! Et si votre chauffeur privé vous montre ou enclenche un compteur quelconque, vous pouvez déjà avoir des doutes. Vous devez connaître le prix de la course avant de monter dans la voiture, dès la reservation, et ce tarif ne peut pas changer malgré un embouteillage, un temps d'attente ou une déviation. Seul bemol, si vous commandez une prestation de mise à disposition qui vous sera alors facturée à l'heure.
  • Présentation d'une carte professionnelle : Le chauffeur VTC doit pouvoir vous montrer la copie de l'inscription au registre officiel des VTC ainsi que sa carte professionnelle émise par la préfecture stipulant son numéro avec sa photo. Pour permettre aux agents de contrôle de vérifier la régularité, ces cartes professionnelles sont infalsifiables :  délivrées par l’Imprimerie Nationale après validation par les préfectures des lauréats à l’examen de conducteur VTC. Elle ont une durée de validité de 5 ans.

 

Et voilà, avec ces éléments, vous voilà parés à reconnaitre un vrai professionnel immatriculé et surtout assuré pour vous amener à bon port!

 

Pour tout transfert privé au départ de Bordeaux ou de Cognac,

n'hésitez pas à prendre contact avec moi !