fbpx

Ma sélection de 7 objets à ne pas manquer au RDC musée d'Aquitaine

Alors je vous partage ici ma sélection très subjective d'œuvres d'art qu'il ne faut surtout pas manquer lors de votre visite au Musée d'Aquitaine.
 
Bordeaux possède l'un des plus grands musées d’histoire de province. On y découvre au fil des collections la Préhistoire, l'Antiquité, le Moyen Age, le XVIIIe siècle (l'âge d'or de la ville) et toutes les périodes qui ont fait la riche histoire de notre région.
 
Pour le montant plus qu'acceptable de 5€, vous pouvez rejoindre les 150 000 visiteurs qui foulent chaque année le sol musée d'Aquitaine. Il présente l'histoire de Bordeaux et de l'Aquitaine sur 2 étages, depuis la préhistoire jusqu'à nos jours à travers une collection permanente d'objets très variés.
 
Quand vous suivez un guide, l'avantage c'est qu'il va vous expliquer ce que vous voyez... il va tenter d'attirer votre œil sur les pièces essentielles. L'inconvénient, c'est que vous verrez toujours les choses à travers ses yeux et c'est souvent bien subjectif... Mais si vous me faites confiance, je vais vous montrer quelques trucs intéressants, à travers un sélection subjective mais non exhaustive.... j'ai choisi ici de me concentrer sur mes 7 objets favoris de la collection permanente au rez-de-chaussée du Musée d'Aquitaine que je vous déroule dans l'ordre chronologique des salles. La suite viendra dans un prochain article.

Je ne vais pas m'étendre sur les premières salles qui concernent la préhistoire puis l'âge de bronze et l'âge de fer même si je vous invite très fortement à vous attarder sur la petite salle consacrée à la grotte de Pair-non-Pair ou encore devant un échantillon de ce qu'on appelle le trésor de Tayac et plus particulièrement ce splendide torque en or dans la dernière vitrine.

En revanche dès que l'on rentre dans l'espace gallo-romain, attardez vous près de la reconstitution du rempart de Bordeaux. Sa découverte lors des grandes phases de travaux au XIX, nous a permis de faire de grandes avancées en terme d'archéologie puisque la base du rempart est constitué de pierres qui ont été prises dans les monuments antiques qui n'étaient plus utilisés après la construction du rempart et la phase de  repli de la ville (vers le III° siècle). Aujourd'hui ces morceaux de pierres (Chapiteaux, pierres funeraires, morceaux de frises...) sont des casse têtes pour les historiens qui se retrouvent en face d'éléments intéressants mais privés de contexte. On ne sait pas d'où ils viennent ni vraiment de quand ils datent. On va parler de pierre de remploi

Les pierres de remploi du rempart romain de Bordeaux

Les dendrophores du culte de Cybele - pierre de remploi dans le rempart de Bordeaux (Musée d'Aquitaine)L'une d'elles est fascinante. Elle représente une scène de dendrophores. Oui je sais...  "A mes souhaits"!
Cette scène de dendrophores fait référence au culte de Cybèle, une religion antique. Ce sont des porteurs d'arbre.

Bien que ce ne soit pas mon intention, il m'arrive parfois de froisser certains chrétiens bien pensants en insistant  sur cette facilité qu'ont eu les religions monothéistes toujours existantes de nos jours à s'approprier les mythes anciens qui avaient perduré pendant des siècles auparavant.

 Dans ce mythe, Attis amant et fils adoptif de Cybele se refuse à elle. Vengeance : elle le rend fou au point de s'émasculer. Son sang fertilise la terre d'où  jaillira un pin toujours vert, symbole d'éternité. Attis va mourir de ses blessures mais Cybele enfin calmée le ramène à la vie. Comme par hasard, les rites se passaient autour du 20 mars (et ne sont pas si loin de nos fêtes de Pâques). Pendant ces rites, les dendrophores portaient un pin roulé dans des morceaux de tissu similaires à un linceul jusqu'au temple de Cybèle, le pin  représentant le corps d'Attis après sa mort.

 S'ensuivaient des rites tous plus sanglants les uns que les autres... de lacération de chairs et et d'émasculation qu'on ne va pas détailler ici. Dès lors après une nuit d'union à la déesse, comme Attis ressuscité, la joie et le printemps reviennent.

 

Jupiter du sanctuaire romain de Mezin (Musee d'Aquitaine,  Bordeaux)

 Le Jupiter du sanctuaire romain de Mezin

Cette magnifique statue de Jupiter a été retrouvée dans un sanctuaire à Mezin dans le Lot-et-Garonne en 1972 par un agriculteur. Cette statue en calcaire du dieu romain Jupiter est la pièce maîtresse d’un ensemble archéologique exceptionnel trouvé in situ. 

Cette statue est exceptionnelle déjà par sa taille : elle fait plus d'1.80 m mais ensuite parce que c'est l'une des rares statue de Jupiter que l'on ait retrouvée au sein de son milieu sanctuaire. Elle fut acquise en 2001 par le musée d’Aquitaine.

 Datée du Ier siècle après J.-C., cette statue de Jupiter en impose par sa taille et ses attributs : la lance dans la main droite et le foudre à imaginer dans sa main gauche. Sa pose, sa chevelure et sa musculature sont caractéristiques de l’influence grecque de l’artiste.

 

 

 

 

 

Le dieu tricéphale supposé Cerumnos (vitrine salles romaines)

Cerunnos , dieu tricéphale celte/gaulois (Musee Aquitaine, Bordeaux)Cernunnos est un dieu gaulois. Aucun texte se rapportant à lui n'a été conservé. On ne peut que se fonder sur des interprétations de ses représentations pour comprendre son rôle dans la religion gauloise puis gallo-romaine. 
Figure majeure du panthéon celtique, Cernunnos incarnerait le cycle biologique de la nature, symbole simultané de la vie et de la mort, la germination et le dépérissement... Un peu à l'image du cerf, l'animal qui le symbolise : il perd ses bois en hiver pour les recouvrer au printemps.

Devant cette petite statue à trois têtes (tri-cephale), remarquez les trous au sommet de à tête où venaient probablement s'encastrer des cornes (bois de cerfs).

On peut supposer que le tricéphale, d’origine celtique, représente symboliquement trois états différents de l’être, comme le sommeil, le rêve et la veille, ou encore le passé, le présent et l’avenir... Cela reste encore bien mystérieux et sujet de nombreuses hypothèses...

La représentation de Cernunnos, dieu mi-humain, mi-animal, cesse vers le IIe siècle de notre ère. Les principaux piliers culturels gaulois se voient "récupérés" et absorbés dans ceux des Romains. Notez ici son habit gaulois ainsi que son torque autour du cou!
Il s'agit bien ici de la représentation d'un dieu tricéphale de type gaulois, mais d'époque romaine. Cette sculpture témoigne de l’assimilation des divinités gauloises à l’époque romaine. 

Certaines représentations postérieures nous montrent des traces de survivance. Mais ce dieu cornu a probablement été assimilé au Diable par les catholiques, dans le but d'éloigner le peuple de ce culte païen.

 

Hercule bronze (Musee d'Aquitaine, Bordeaux)L'Hercule de Bordeaux

Trop facile à reconnaître le gars... Regardez au niveau de son bras et vous ne pourrez pas manquer la peau de lion enroulée ! C'est la peau du Lion de Némée, tué lors du premier de ses 12 travaux.

L’Hercule de Bordeaux fut découvert en 1832 brisée en une vingtaine de morceaux, dans un égout d’une maison à l’entrée de l’impasse Saint-Pierre (tout près de l’église et du tracé de l’enceinte gallo-romaine). Chef d'oeuvre du musée d'Aquitaine, il reste l’un des rares grands bronzes romains conservés en France.

1.32 m (en l'état) pour 90 kg de bronze, c'est encore un autre beau gosse de la collection du musée d'Aquitaine !

Il est représenté dans la nudité héroïque, en appui sur la jambe droite, l’autre jambe un peu en arrière, avec un déhanché exagéré, à la mode grecque.

Sa délicatesse et sa précision nous laissent imaginer l'opulence du port de Bordeaux.... Pouvoir montrer et commander une statue d'une telle facture alors que Bordeaux n'est même pas encore la capitale de l'Aquitania (et oui... c'est encore Saintes a cette époque là!). Mais surtout regardez les incrustations d'autres métaux pour souligner les lèvres, les sourcils ou les tétons... Quelle précision ! On ne peut qu'imaginer les pierres qui ont du être utilisées pour les yeux mais disparues aujourd'hui

 

 

 

La statue en bois polychrome de Saint-Jacques Le MajeurStatue Saint Jacques bois polychrome XV° siècle (Musee d'Aquitaine, Bordeaux)


Il va falloir faire attention pour ne pas la rater.... Elle est derrière un pilier qui ferme la salle des anciennes armoiries, sur votre gauche et dans une grande vitrine.
Le pèlerinage vers Compostelle était un des engagements majeurs des chrétiens du Moyen Âge et de la Renaissance. Et Bordeaux se trouve d'ailleurs sur la via Turonensis qui descend de Tours vers l’Espagne. Cela lui a d’ailleurs valu d’être distinguée par l’Unesco en 1998, notamment pour la cathédrale Saint-André, les basiliques Saint-Seurin et Saint-Michel, qui furent étapes importantes sur le chemin de Saint-Jacques. 

Cette superbe statue de Saint Jacques est en bois polychrome et date du XV ème siècle.

 

 

 

La Rose du couvent des Grands CarmesRose gothique du couvent des Grands Carmes (Musee d'Aquitaine, Bordeaux)

Sur la fin du parcours des salles médiévales, vous allez voir un truc unique !  Il s'agit de la rosace de l'église des Grands Carmes (XIIIe). C'est de l'Art gothique flamboyant. Elle fut découverte lors d'une campagne de fouilles en 1986 cours Victor Hugo (c'est pas très loin du musée si vous voulez aller y jeter un oeil).

En plusieurs morceaux lors de sa découverte, elle a été reconstituée et elle est présentée ici à la verticale sur un échafaudage construit sur mesure.
Cette rosace est la plus grande rosace présentée à la verticale dans un musée. Imaginez un peu le bébé... 5 tonnes pour 5 m de diamètre !

Elle provient donc de l'ancien couvent des Grands Carmes.Saint Simon Stock, le prieur général de l'Ordre y meurt en 1265. Depuis la Révolution, ses reliques sont disposées dans la Chapelle Notre-Dame du Mont Carmel dans la cathédrale Saint André.Simon Stock était un carme Anglais du XIIIe siècle. Il a été un des premiers Généraux de l'ordre du Carmel et il est resté l'un des plus célèbres. Sa notoriété vient de des visions de la Vierge Marie lui remettant le Scapulaire.

 

 

Cenotaphe de Montaigne (musee d'Aquitaine, Bordeaux)     Le cénotaphe de Michel de Montaigne

Plusieurs générations d’étudiants se sont succédées dans l’ancienne faculté des Sciences et des Lettres de Bordeaux et étaient accueillies par le tombeau de Montaigne qui occupait la place centrale du hall d’entrée. Les murs de cette ancienne faculté abrite aujourd'hui le musée d'Aquitaine dont nous parlons ici.

En fait, ce n'est pas à proprement parler un tombeau, c'est un cénotaphe : c’est-à-dire d’un monument élevé à la gloire du mort mais qui ne contient pas vraiment  son corps. Il a été sculpté en 1593, un an après sa mort à la demande de Françoise de la Chassaigne, son épouse. 
Sa localisation ici au sein de l’ancienne faculté, puis au musée d’Aquitaine dès les années 1980 est plus que légitime. En effet, Montaigne avait été enterré dans l’ancien couvent des Feuillants construit sur ce même site à la fin du Moyen Âge!

Au pied de Montaigne, conformément à l’iconographie médiévale, le lion symbolise le courage du défunt mais aussi son origine sociale noble. Sa représentation en armure a la même vocation.

Il a été restauré  pendant près de 70 jours entre septembre 2017 et janvier 2018. Il est de nouveau visible depuis mars 2018, grâce notamment à la campagne de mécénat qui a permis sa restauration.

Si jamais tu ne le savais pas, outre son leg littéraire, Montaigne fut maire de Bordeaux au XVIeme siecle!

 

A suivre....

Dans mon prochain article, retrouve les vestiges de la statue monumentale de Louis XV qui siégeait autrefois sur la place de la Bourse ou encore un Bocthio fabriqué avec de véritable chaînes d'esclaves ou encore une maquette de morutier...

 

telecharger le dossier Musée Aquitaine complet gratuitement

 

Et voilà... C'était mon tour d'horizon des immanquable de la collection permanente du Musée d'Aquiatine de Bordeaux.

Merci d'avoir lu cet article jusqu'au bout ! 

Si ça t'a plu... Si tu as appris un truc insolite ou qui t'a fait sourire dans cet article, n'hésite pas à le partager sur les réseaux sociaux et viens suivre mes pérégrinations sur la toile

et si tu veux te balader/Visiter avec un guide fais-moi signe je suis à ta disposition! 

Demander devis gratuit

 


Afficher le formulaire de commentaire